» L’auteur a réussi le pari de sortir de la nuit celle qui aimait tant les jeux de lumière »

Le site littéraire « Enjeux de mots » a aimé « Je suis ici pour vaincre la nuit », coup de cœur de la chroniqueuse Hind Daif !

Voici quelques extraits de sa chronique :

« L’auteur, qui est aussi journaliste au Monde, fait le chemin inverse dans la lignée du temps pour restituer la mémoire de son arrière-grand-tante Yo Laur, fille de peintre née à Paris en 1879, qui a vécu quelques temps à Tanger et est décédée en 1944 à Ravensbrück. (…)

Dans ce voyage dans le temps, Marie Charrel effectue un devoir de mémoire puisqu’elle essaye et réussit à sortir de l’ombre une peintre française dont le nom et les réalisations sont tombées dans l’oubli : Marie-Yvonne Laur ou comme elle aimait se faire appeler Yo Laur. (…)

On découvre également au détour des pages des références à des peintres européennes comme Artemisia Lomi Gentileschi, la déesse du jaune, Rosalba Giovanna Carriera à qui on doit la mode du pastel ou encore Marie-Guillemine Benoist dont la première toile représentant une femme nègre avait défié les chroniques. Autant d’artistes qui ont compté à travers les siècles et qui méritent d’être connues et appréciées à leur juste valeur. (…)

Un beau récit empreint de sensibilité et de références culturelles et artistiques, très bien écrit qui plus est. L’auteur a réussi le pari de sortir de la nuit celle qui aimait tant les jeux de lumière. »

Pour lire l’intégralité de la chronique, cliquez ici.

Yo Laur

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s