Prochaines dédicaces

– Médiathèque de Nouvoitou, près de Rennes, le 15 septembre 2018, à 17 heures. Informations ici.

– Jeudi 27 septembre, librairie La Petite Lumière, Paris.

– Salon du livre de Villejuif, le 29 septembre. Informations ici, et sur Facebook ici.

– Salon du livre historique de Blois, le 13 octobre. Informations ici.

– Librairie Maruani, le 27 octobre, 16h30, Paris XIIIe. Informations ici.

– Salon du livre de Toulon, le 17 et 18 novembre. Informations ici.

-Samedi 1er décembre, à la librairie L’écriture, à Vaucresson.

-Jeudi 10 janvier 2019, à la mairie de Paris XIII, avec Vanessa Schneider. 19h.

-Samedi 9 février, au Cultura d’Epagny.

10 janvier.jpg

Publicités

Une nuit avec Jean Seberg

Une-nuit-avec-Jean-Seberg.jpg
Lausanne, hôtel Beau-Rivage, 1970. Une jeune femme, algérienne par sa
mère, afro-américaine par son père, est missionnée par les Black Panthers
pour approcher un « gros poisson » et obtenir de celui-ci de quoi alimenter
les caisses du parti. Mais le « gros poisson » en question, Jean Seberg au
sommet de sa gloire, de sa beauté et de ses fragilités, se révèle moins
facile que prévu à amadouer. Elizabeth tombe sous le charme de l’actrice
qui, l’espace d’une nuit, bouleverse son regard sur l’existence et les luttes
pour lesquelles elle était prête à tout sacrifier.
Elle gardera de ces heures volées au monde le souvenir d’une amitié plus
intense que l’amour et plus forte que la mort, souvenir ravivé cinquante ans
plus tard, quand son petit-fils disparaîtra mystérieusement pour suivre à
son tour la voie de la révolte.

« Une nuit avec Jean Seberg », Editions Fleuve, 20 septembre 2018.

« Une perle rare »

Le blog L’horizon et l’infini a chroniqué « Une nuit avec Jean Seberg ». Voici quelques extraits de la chronique :

Ce nouveau roman était pour moi attendu.
« Une nuit avec Jean Seberg » va au-delà de toutes mes attentes, c’est une perle rare.
Une fiction certes mais tellement bien documentée et captivante que la plongée dans l’histoire est totale, impossible d’en émerger.
Elisabeth et les quatre générations de sa famille sont le portrait d’un siècle, le portrait « des possibles ».
Marie Charrel nous fait voyager dans le temps, les époques changent mais le lecteur n’est jamais perdu, tout a un sens, tout se tient.

Pour lire la chronique dans son intégralité, cliquez ici.

 » Un récit généreux, poignant, pudique, intime »

ob_ff9c39_20180428-124558.jpg

Le blog littéraire Lis Zabelle a chroniqué « Je suis ici pour vaincre la nuit ».

Voici un extrait de sa chronique :

« Guidée par un besoin viscéral de devoir de mémoire et de reconnaissance, Marie CHARREL nous livre un récit généreux, poignant, pudique, intime et empreint d’une touchante sensibilité. Elle nous remémore avec une intense lueur d’émotion l’inqualifiable en nous racontant la terreur et la violence des conditions de vie  dans les camps de concentration.
« JE SUIS ICI POUR VAINCRE LA NUIT », c’est à la fois un témoignage fouillé et des confessions serties de trouble, d’humanité et où les ombres refont peu à peu surface.  Un chemin de vie  qu’elle ensoleille et sublime artistiquement, en mettant en avant la peinture et les peintres à travers les temps et les courants. »

Pour lire la suite, cliquez ici.

Merci à Lis Zabelle !