Je suis ici pour vaincre la nuit

Yo Laur

 » Il est désormais trop tard pour reculer. Trop tard pour ne pas sauter à pieds joints dans le cercle. »

Paris-Alger-Ravensbrück. Trois lieux pour retracer l’existence d’Yvonne Bellot, née Yvonne Brunel-Neuville, dite  » Yo Laur « , fille d’artiste, artiste elle-même et arrière-grand-tante auréolée de mystère de l’auteure et narratrice de ce livre.

Enfant douée dans l’ombre de son père, élève talentueuse en quête de modernité, observatrice singulière dans la casbah d’Alger, Yo Laur fut tout cela, et aussi une épouse toquée de son homme, une frondeuse, une aventurière… jamais une mère. Elle a traversé des décennies de progrès, de beauté et de sauvagerie mêlés, défié les normes de son genre, croisé les légendes, de Gertrude Stein à Charles Nungesser, vécu comme elle l’entendait avant de s’éteindre parmi les femmes et les enfants du camp où elle fut déportée.
En reconstituant le puzzle familial à l’aide des pièces d’archives et de son imagination, Marie Charrel a tenu le pari d’éloigner sa peintre des ténèbres de l’oubli. Au-delà du témoignage sur cette femme exceptionnelle, se font écho, à cent ans d’écart, deux existences qui résonnent d’un même désir : vaincre la nuit pour vivre libre.

« Je suis ici pour vaincre la nuit », Fleuve Editions, 24 août 2017.

Publicités

Les Enfants Indociles

Couv Enfants Indociles

« A qui appartient le monde ? », demande l’orphelin au plus vieux
des anges de Corcomroe Abbey.
«  Le monde, mon petit, appartient aux enfants indociles. »

 Jeune femme bridée par sa timidité, Claire Jarnon trompe sa mélancolie en rêvant la vie des autres. Mais son quotidien est chamboulé le jour où sa grand-mère, un écrivain excentrique, disparaît en lui laissant un énigmatique jeu de piste.

Au fil des épreuves imaginées par la vieille dame, parfois ludiques, parfois cruelles, Claire croise des personnages extravagants qui feront de son parcours une véritable quête initiatique. Cette aventure la poussera à combattre ses peurs. Et surtout, à affronter le drame qui a bouleversé son enfance…

Marie Charrel dresse avec délicatesse et malice le portrait de trois générations aux prises avec leur désir de liberté. Un roman que l’on referme avec la furieuse envie d’oser les joies qu’on s’interdit.

« Les Enfants indociles », Rue Fromentin, 10 mars 2016.

Enfants indociles

« Les Enfants indociles », Pocket, 16 mars 2017.

L’Enfant tombée des rêves

L’enfant tombée des rêves, Plon

Emilie, une enfant solitaire et débordante d’imagination, découvre que ses parents lui mentent sur ses origines et décide de mener l’enquête.

A 2 660 kilomètres au nord, quelque part en Islande, un vieux médecin retiré du monde tente d’oublier son passé.

Ils ne se connaissent pas. Pourtant, chaque nuit, ils sont poursuivis par le même cauchemar : celui d’un homme tombant d’un balcon.

Et si l’improbable rencontre d’Emilie et Robert brisait le terrible secret qui les unit ? Et si trouver la clef de ce rêve obsédant leur permettait de chasser enfin le fantôme qui les hante ?

« L’Enfant tombée des rêves », Plon, 13 mars 2014.

unnamed

« L’Enfant tombée des rêves », Pocket, 3 mars 2016.

« Une fois ne compte pas »

Un fois ne compte pas, Plon

« Charlie dite Charlotte est en colère. Contre son oncle, ce macho qui l’a élevée comme un p’tit mec, à la dure. Contre les hommes, aveuglés par sa beauté de saltimbanque, qui refusent de voir la fille tordue-bricolée qu’elle est. Certaines nuits, elle rêve qu’ils disparaissent : son oncle, les hommes, tous. Seule sur terre, elle serait libre, enfin.

Un matin elle se réveille dans une ville totalement déserte.

Ailleurs, au même moment, ils sont trois à voir aussi leur désir devenir réalité : Éric a l’occasion de réparer ses erreurs passées. Michèle retrouve sa jeunesse. Lorine devient la prestigieuse journaliste qu’elle souhaitait être.

Que faire de ses rêves lorsqu’ils se sont concrétisés ? Que faire de la solitude lorsqu’elle devient dévorante ? Que faire lorsque l’on découvre avoir construit sa vie sur un mensonge ? »

« Une fois ne compte pas », publié chez Plon, 16 avril 2010.

Une fois ne compte pas, Pocket

Publié chez Pocket, 7 avril 2011.