« Je suis ici pour vaincre la nuit » lauréat du « Prix Curieux »

« Je suis ici pour vaincre la nuit » a fait partie des lauréats sélectionné pour le « Prix Curieux » de la librairie Le Cyprès.

Le prix a été remis à By the rivers of Babylon de Kei Miller, écrivain jamaïcain.

Pour plus d’info, cliquez ici, ou encore ici, pour lire un article du Journal du Centre sur le Prix.

Merci au Cyprès !

Publicités

« Une femme éprise de liberté »

Fam3

Le Bouquinovre a aimé « Je suis ici pour vaincre la nuit » et en parle sur son site littéraire. Voici un extrait de sa chronique :

« L’auteure a bien raison de s’acharner à reconstruire le puzzle de cette femme exceptionnelle qui a vécu une vie incroyable. Sous la plume de Marie Charrel, nous découvrons une femme exceptionnelle, pleine de convictions et éprise de liberté, elle défendra ses positions jusqu’à sa fin tragique au camp de concentration de Ravensbrück en août 1944.

Marie Charrel avec les mots justes et une plume qui lui est caractéristique, fait que son dernier roman se lit d’une traite. On suit ces deux parcours, Marie elle-même enquêtant sur sa grand-tante et cette vie extraordinaire d’une femme tout aussi extraordinaire. »

Pour lire la chronique dans son intégralité, cliquez ici.

Pour lire la nouvelle « Le diable mesure huit centimètres » de Marie Charrel sur le site du Bouquinovore, cliquez ici.

« Une vraie pépite »

Après Jess, Aurélie, du blog littéraire Livres Addict, a chroniqué à son tour « Je suis ici pour vaincre la nuit ». Merci à elles !

Voici un extrait de la chronique d’Aurélie :

« Les descriptions que ce soit au niveau des tableaux de Yo Laur, au niveau des paysages, des questionnements, tout est habilement expliqué pour être au plus réel. Un travail de longue haleine qui a le mérite d’être reconnu. On ne peut qu’apprécier la persévérance de Marie afin de faire lumière sur ce mystère familial. Je ne peux que vous conseiller de lire cet opus singulier qui sort du lot. 

Une lecture émouvante où les pages se tournent toutes seules. J’ai été littéralement embarquée par l’histoire de Yo Laur. Marie a su me faire vibrer à travers l’histoire de Yo Laur. Une histoire pas commune. Une histoire qui m’a touchée. Un livre qui s’est révélé être une vraie pépite. Un bel hommage/témoignage… »

Pour lire les chroniques de Jess et Aurélie, cliquez ici.

Yo Laur

« La ligne claire »

Les mots de Bertrand, ami cher, à propos de « Je suis ici pour vaincre la nuit », sur son site Second Flore :

« Avec ce livre entre les mains, j’avais l’impression étrange de tenir un objet fragile au milieu d’une rentrée littéraire de bulldozers. 
Le roman d’une tenante de la ligne claire dans une époque qui, quoi qu’elle en dise, préfère l’esbroufe. Un roman qui ne se paie pas de mots, qui creuse son sillon en cherchant la vérité et non l’effet, qui va en profondeur sans le souligner, un roman parfaitement construit sans jamais dire « Regardez comme je suis complexe », un livre à multiples niveaux où réel et fiction se répondent sans s’alourdir de ce métatexte qui fait saliver les critiques.

On prend tellement pour léger ce qui se lit facilement. C’est pourtant ça, le talent de l’élégance : donner une forme simple à ce qui est profond, parvenir à contenir son sujet alors qu’on sent qu’il déborde, ménager les silences et laisser la place au lecteur.

Je suis ici pour vaincre la nuit est un objet fragile, disais-je, au milieu d’une Rentrée de bulldozers. Je genre de livre qui donne envie de se battre comme on protège un plus petit que soi (alors qu’il n’a de petit que l’apparence), un roman qui mérite qu’on le prenne par la main – je vous promets qu’il le rend bien ».

Retrouver Second Flore ici.

Merci, Bertrand.