« Une impressionnante force romanesque »

L’Albatros a chroniqué « Une nuit avec Jean Seberg ». Voici un extrait de la chronique :

« Il y a des auteurs qui savent saisir le souffle d’une époque, des forces souterraines qui la conditionnent. Des gens comme Gaelle Nohant. Ces gens qui rendent l’histoire frissonnante, palpitante, à fleur de peau et sous le voile très fin et très superficiel du présent. Marie Charrel fait dialoguer les obsessions du présent avec celles du passé. On a la sensation d’un temps retrouvé, des questions qui imposent leur cohérence et leur urgence. Des bégaiements de l’histoire comme on les a assez rarement aussi brillamment exprimés. Pour autant, elle est avant tout une impressionnante force romanesque qui transcende tous les motifs qui nous pousseraient d’abord vers elle. »

Merci à Nicolas Houguet pour ses mots délicats.

Retrouvez la chronique dans son intégralité ici.

« Une perle rare »

Le blog L’horizon et l’infini a chroniqué « Une nuit avec Jean Seberg ». Voici quelques extraits de la chronique :

Ce nouveau roman était pour moi attendu.
« Une nuit avec Jean Seberg » va au-delà de toutes mes attentes, c’est une perle rare.
Une fiction certes mais tellement bien documentée et captivante que la plongée dans l’histoire est totale, impossible d’en émerger.
Elisabeth et les quatre générations de sa famille sont le portrait d’un siècle, le portrait « des possibles ».
Marie Charrel nous fait voyager dans le temps, les époques changent mais le lecteur n’est jamais perdu, tout a un sens, tout se tient.

Pour lire la chronique dans son intégralité, cliquez ici.

 » Un récit généreux, poignant, pudique, intime »

ob_ff9c39_20180428-124558.jpg

Le blog littéraire Lis Zabelle a chroniqué « Je suis ici pour vaincre la nuit ».

Voici un extrait de sa chronique :

« Guidée par un besoin viscéral de devoir de mémoire et de reconnaissance, Marie CHARREL nous livre un récit généreux, poignant, pudique, intime et empreint d’une touchante sensibilité. Elle nous remémore avec une intense lueur d’émotion l’inqualifiable en nous racontant la terreur et la violence des conditions de vie  dans les camps de concentration.
« JE SUIS ICI POUR VAINCRE LA NUIT », c’est à la fois un témoignage fouillé et des confessions serties de trouble, d’humanité et où les ombres refont peu à peu surface.  Un chemin de vie  qu’elle ensoleille et sublime artistiquement, en mettant en avant la peinture et les peintres à travers les temps et les courants. »

Pour lire la suite, cliquez ici.

Merci à Lis Zabelle !

 » Un vrai coup de cœur »

Le blog littéraire « La Dory qui lit » a eu  un coup de cœur pour « Je suis ici pour vaincre la nuit ». Voici un extrait de la chronique de Marion Poidevin :

« Il m’a été impossible de reposer ce livre une fois commencé. L’écriture de Marie Charrel est tellement prenante, passionnée même qu’elle nous happe littéralement. On ressent toute l’énergie que l’auteure a mise dans cette quête, toute la passion qui l’a animé pour mener celle-ci. Yo Laur a véritablement hanté la vie de Marie Charrel, certainement qu’elle la hante encore d’ailleurs comme elle nous hante maintenant un peu. On ne peut qu’être bouleversé par la troisième partie du livre, celle où notre peintre est emmenée à Ravensbruck. Comment rester insensible ? Comment ne pas être encore et toujours horrifiée par ces conditions de vie dans ce camp ? On ne peut pas, on frissonne, on s’émeut et on s’anime d’une colère sourde… 

Comme dit plus haut, Je suis ici pour vaincre la nuit a été un vrai coup de cœur ! J’ai littéralement dévoré ce roman, me laissant entraîner par la plume de Marie Charrel par son histoire et surtout par l’histoire de Yo Laur. J’ai trouvé cette femme tout simplement incroyable, et même fascinante, par la vie qu’elle a mené, par son talent de peintre et que j’ai pleuré en lisant la fin de sa vie. « 

Merci à Marion !

Pour lire l’intégralité de la chronique, cliquez ici.

testa

« Je suis ici pour vaincre la nuit » lauréat du « Prix Curieux »

« Je suis ici pour vaincre la nuit » a fait partie des lauréats sélectionné pour le « Prix Curieux » de la librairie Le Cyprès.

Le prix a été remis à By the rivers of Babylon de Kei Miller, écrivain jamaïcain.

Pour plus d’info, cliquez ici, ou encore ici, pour lire un article du Journal du Centre sur le Prix.

Merci au Cyprès !